Mode de vinification

Le plus important pour réussir un vin qui reflète son terroir et son millésime est d'avoir une vendange qui soit la plus saine possible.

Partant de ce constat, l'intervention au chai doit être la plus minime possible.

C'est pourquoi, nous nous efforçons d'être le moins interventionniste possible.

Nous élevons une partie de nos vins en levures indigènes quand la récolte nous le permet, dans le cas contraire nous utilisons exclusivement des levures exogènes biologiques et neutres, qui ne dénaturalise pas le goût initial du fruit.

Chaque cépage est vinifié séparément en raison des maturités optimales à atteindre lors de la vendange. Ils sont vinifiés en fonction de leurs caractéristiques. Les extractions de tanins, polyphénols sont essentiellement réalisés en début de fermentation alcoolique pour obtenir des tanins plus fondus.

La fermentation malolactique se fait naturellement en fûts de chêne, souvent stoppé en hiver à cause du froid, elle reprend tout naturellement au printemps qui suit.

Les vins sont ensuite élevés en fûts de chêne ou en cuve inox suivant le profil de vin recherché.

L'utilisation du dioxyde de soufre (SO2 ou sulfites) qui reste souvent impondérable à la vinification est utilisé au strict minimum et placé de manière stratégique.

Le calendrier lunaire est également pris en compte pour les différentes opérations au chai, par sa compréhension, il permet de relever le potentiel de nos vins.